lundi 27 septembre 2010

Résonances entre deux arts, la musique et le parfum.....

C'était le thème de la conférence à laquelle j'ai pu assister jeudi soir à la Société Française des Parfumeurs, en compagnie de Juliette de Poivre Bleu, mais aussi de  Denyse de Grain de musc et d'Octavian Coifan, qui en a d'ailleurs fait un compte rendu sur son blog. L'idée n'est pas ici de relater à mon tour cette soirée, mais cela m'a donné l'idée d'une sorte de jeu. 

En effet, Annick Le Guérer, auteur du beau livre Si le Parfum m'était conté et de nombreux autres ouvrages sur le thème du parfum,  Dominique Ropion, nez qu'il n'est plus nécessaire de présenter, et Marie Anouch Sarkissian, musicologue de talent qui a notamment développé une thèse sur les relations d'Edmond Roudnistka avec la musique, nous ont tous les trois livrés un exposé mettant en relief les rapports entre la musique et le parfum. 

Ce fût l'occasion d'écouter de très beaux morceaux, (notamment de Claude Debussy),  comme par exemple le Prélude pour piano "Feuilles mortes" s'inspirant de l'odeur des sous bois après la pluie. Avec certes, moins de connaissances en la matière, et moins de temps passé à étudier le sujet, nous tissons tous, malgré tout, des liens imaginaires, des parallèles entre ce que nous sentons et d'autres univers. Certaines odeurs peuvent par exemple nous renvoyer à des couleurs. Et c'est aussi bien sûr le cas pour l'univers musical. Certains parfums, comme certains morceaux peuvent tout aussi bien exprimer la sérénité ou la sensualité par exemple. 

Aussi, je me demandais, si vous autres, internautes passionnés, reliez, consciemment ou non, certaines senteurs, certains parfums à une chanson, un morceau de musique classique ou même, plus largement, à un univers musical (rock, soul, voire hip hop, allez soyons fous ...).

Si l'on peut relier par exemple One million et son pendant féminin aux morceaux navrants que l'on qualifie de Rn'B aujourd'hui, on peut tout aussi bien se laisser bercer par les effluves de l'Heure bleue en écoutant Lullaby de The Cure (évocation toute personnelle, nous sommes bien d'accord). Les volutes sensuelles, voire sexuelles de Musc ravageur me renverraient volontiers à un morceau tout aussi licencieux comme celui de Hell around the corner, (Tricky). J'écouterais  bien une chanson liée à l'été ou au soleil en portant Songes, tandis qu'Havana Vanille s'accorderait tout à fait à une musique cubaine. Et vous?  A quels morceaux reliez-vous certains parfums ou des matières premières?

7 commentaires:

Jicky&Phoebus a dit…

Eh bien bizarrement moi c'est aussi Debussy qui me fait valser olfactivement !!!

Mais c'est avec "Prélude à l'après midi d'un faune" (http://www.youtube.com/watch?v=Ncz-D1Vf13M). C'est langoureux, venteux qui me fait penser au Lys Mediterranée de Edouard Fléchier aux EDPFrederic Malle ! Allez savoir pourquoi...

Dans un registre plus récent, je sais que si j'ai un article à faire sur Dans Tes Bras, je prendrai "Congratulation" de MGMT (http://www.youtube.com/watch?v=H_GvVnPsUeg)

Vive l'odorat !

Anne J. a dit…

Aaaaaaahhhhhh !!! super idée ! C'est vrai que les synesthésies entre parfums et musique sont nombreuses (ainsi que celles avec la littérature ou des tableaux, voire même les quatre ensemble).

Donc dans les genre délire personnels, j'associe très naturellement L'Heure Bleue avec la "première Gymnopédie" de Satie. Après l'Ondée, c'est une autre oeuvre de Satie, la "première Gnossienne".

Après, le morceau "Let's Get Lost" de Chet Baker est relié dans mon inconscient au parfum Feuilles de Tabac de Miller Harris

Enfin, j'en ai plein d'autres en réserve, mes ceux-là, je les réserve pour mon blog.mon blog, héhéhé !

Enfin, parfum et musique, c'est vraiment un sujet à creuser.

soph a dit…

merci pour vos idées... en effet le parfum étant très lié à l'imaginaire, il permet de créer des ponts vers d'autres domaines artistiques, comme notamment la peinture également!

Phoebus a dit…

olala...Musique et parfum...Mon dieu j'espère bien assister à une conférence de ce genre un jour ! (pour la petite histoire j'étais sensé aller en musicologie cette année, initialement...Et j'ai toujours adoré le parfum, forcément j'ai du mal a les dissocier).

Je ne pense pas que j'associe une musique en particulier à un parfum cependant, mais j'analyse la musique et le parfum de la même manière. Mieux que ça : le parfum me donne souvent envie de composer...Et inversement, je pense que si je devais créer un parfum un jour, c'est une musique qui m'inspirerait !

(Jicky, je te préviens d'avance, tu servira de cobaye avant que je fasse un article là dessus ! lol )

soph a dit…

oui c'est vrai que ce serait intéressant de créer un parfum d'après une musique ou une oeuvre comme un livre ou film... essayer de retranscrire un univers en parfum...

et c'est ce qu'on a vu, entre autres à la conférence, les similitudes entre la composition d'un parfum et d'une musique: : la notion d'harmonie, de contrastes....

de toute façon ce n'est pas si étonnant que ces deux arts sen croisent: ils peuvent faire voyager tous les deux, ils parlent à l'imaginaire....

Jicky&Phoebus a dit…

Phoebus, offre de cobaye acceptée, tant que c'est pour l'art, je suis prêt à donner mon corps ! (du moins, mon poignet...)

C'est vrai que c'est rare moi que dès que je sens un parfum je pense à un parfum. Par contre l'inverse m'arrive de temps en temps, j'entend une musique et je pense àun parfum.

Cependant, j'associe musique et parfum indirectement. Un parfum ça m'évoque trèèèès souvent une image, une sensation bizarre, ou des fois super claires. Puis quand une musique me renvoit à une image similaire, et bien j'associe les deux mentalement (mon dieu, c'est compliqué à expliquer :p)

Bref,

Vive l'odorat !

marie a dit…

Les recherches de Marie-Anouch Sarkissian s'effectuent dans le cadre de l'Observatoire Musical Français de Paris-Sorbonne.

Toute citation des idées exposées pendant ses conférences doivent mentionner son nom ainsi celui de l'Observatoire.